Archive pour janvier, 2008

BIENVENUE…

 

Ma calvitie s’explique très bien. Je suis d’une taille extravagante… Alors vous comprenez, mes cheveux ont le vertige… et ils tombent!

CHAM

chamdisderi.jpg

Bienvenue sur le blog d’un des caricaturistes français les plus prolifiques du XIXe siècle. Ce site est tout récent et nous sommes à la recherche de contacts autour de ce personnage. Toutes collaborations ou questions seront les bienvenues.

A très bientôt

Les heureux administrateurs

Publié dans:Non classé |on 30 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Mise en abîme d’un caricaturiste!

Cham na rata jamais l’occasion de glisser sa silhouette, assez rarement toutefois, au beau milieu de ses dessins. Je viens de découvrir dans le recueil Albums charivariques paru en 1848, cette image ou le caricaturiste s’est placé aux côtés des autres enfants de Noé, Sem et Japhet. Je crois reconnaître aussi le père de Cham dans la silhouette de Noé ainsi que les frères de notre dessinateur, Franck et William?

chamno548.jpg

Prochaînement, vous pourrez lire un article sur ce fameux recueil Albums charivariques et ses étonnantes images.

chamnodtail.jpg

Eh oui, nous t’avons reconnu!

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Nous publions aujourd’hui un article anonyme extrait de La petite revue du 22 juillet 1865, qui vient compléter notre article « Cham chez lui ». Un moment d’intimité de Cham saisi au vol! Bonne visite.

Il habite au premier, rue Vintimille, un appartement dont l’ameublement et la décoration révèlent à la fois les goûts du grand seigneur et ceux de l’artiste. Antichambre orné de tableaux et de gravures. Salle à manger dont la pièce principale est une superbe pendule Boulle du plus beau style; riche buffet en chêne sculpté où se dressent les services en vaisselle plate et en vieux Sèvres; dans les encoignures, petites tables aussi en chêne sculpté, chargées de menus objets artistiques. Sur les murs, deux curieux tableaux chinois rapportés à Mme de Noé par M. de Lagrenée, ancien ambassadeur en Chine.

vanblaremberg.jpg

Une oeuvre du peintre Van Blarenberg

A droite de la salle à manger le salon, richement meublé : coupes de Sèvres, cristaux de Saxe et de Bohème, pilastres en majoliques florentines, buffets en bois de rose tout pleins d’objets de curiosité, riches jardinières dans les embrasures des croisées, un magnifique tableau de Ribeyra, deux aquarelles de Blaremberg, etc. A côté, les appartements de Mme de Noé.

gardes022.jpg

Une gravure que non avons déjà publié dans « Cham chez lui ». On y retrouve l’ambiance et les éléments de l’article que nous publions aujourd’hui : les toiles, les statuettes, les journaux épars, l’écritoire…

Au bout de la salle à manger, petit boudoir tendu en soie gris-perle, où se trouvent des tableaux de famille, des grognards de Charlet, son ancien maître, des tableaux du maître de la maison; son portrait à vingt-cinq ans par Paul Delaroche, deux superbes eaux-fortes de Louterbourg, etc.

chamdelaroche.jpg

Le portrait de Cham par Paul Delaroche?

Ensuite, sa chambre où s’étale, avec l’insouciance de l’art, le plus beau désordre, une pièce de serge verte tendue aux deux tiers inférieurs de la fenêtre qui donne sur le square Vintimille fait le jour. A côté de la fenêtre, un pupitre en vieux chêne où six heures par jour, Cham dessine debout, ces charges qui ont le privilège de dérider les fronts les plus soucieux, et qui sont peut-être l’histoire la plus pittoresque et la plus saisissante de notre époque.

800pxphilippjakobloutherbourgdj003.jpg

Une gravure de Philipp Jakob Loutherbourg

Sur les tables, les cheminées, mille objets de tous toutes sortes : c’est un vrai capharnaüm dans lequel on distingue une charge délicieuse de l’artiste faite par Dantan jeune, une autre de Louis Huart, par le même; aux murs, des tableaux de lui et d’autres, des gravures, des Carle Vernet dont Cham raffole, des journaux épars partout. Cham est l’homme le plus insoucieux du monde de ses ouvrages, et ce n’est certes pas à lui qu’il faudra s’adresser pour réunir son œuvre complète.

chamdantan.jpg

Cham, « platrogaphié » par Dantan jeune » visible chez lui

vvv.jpg

Parlons un peu de l’homme : Pour bien le connaître, il faut toujours se souvenir qu’il est comte, et appartient il une famille dont le blason est à Versailles dans la salle des Croisades. Les instincts du gentilhomme se heurtent à chaque instant à ceux de l’artiste; nous devrions plutôt dire se marient.

huart.jpg

Louis Huart par Dantan jeune

Avec ses amis, il est avant tout artiste, artiste sans façon, bon enfant, d’un esprit non pas pétillant, mais fin et délicat. Sa gaîté est inépuisable, mais c’est toujours une gaîté de gentilhomme qui ne se compromet pas et ne se laisse pas voir à tout propos. Il fait les charges les plus désopilantes et lance les mots les plus charmants en conservant le plus imperturbable sang-froid. II ne rit presque jamais, et ceux qui le connaissent peu ne savent souvent pas s’il parle sérieusement ou s’il plaisante. En revanche, ses yeux sont pleins d’une sorte de gaîté narquoise qui, par sa constante ironie fait trembler les plus aguerris.

Son défaut, c’est de vous faire poser. II ne tient pas à amuser les autres; il s’amuse de vous; mais le moyen de lui en vouloir ? Ses blagues (appelons les choses par leur nom) sont toujours inoffensives et ne font de mal à personne. C’est le plus charmant caractère du monde, (et bien malavisé celui qui se fâcherait de lui avoir un instant servi de plastron. Les rieurs ne seraient pas de son côté. Nous avons dit son défaut. Disons aussi sa faiblesse; il n’en a qu’une, mais poussée il ses dernières limites. Celle faiblesse, c’est son chien, un adorable havane, qui a eu les honneurs d’un feuilleton de Villemot dans le Temps, et d’un autre signé Louis Leroy dans le Charirari de mercredi dernier. « Cham s’agite, son chien le Mène » partout, au restaurant, à la promenade, en visite, au spectacle, nous ne savons pas où il ne le conduit pas; tantôt le portant benoîtement sur son cœur, tantôt le retenant au bout d’une laisse. Et à chaque instant ce sont des transes, des émotions mille fois plus vives que celles d’un débutant le soir de sa première représentation.

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Lire « Cham sa vie et son oeuvre » !

Il est maintenant possible de télécharger l’amusante biographie « Cham, sa vie et son oeuvre » publiée par félix Ribeyre en 1884. Un texte savoureux qui permet de découvrir quelques aspects curieux de la personnalité du caricaturiste.

(lien dans la colonne de droite)

chamcouv.jpeg

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Les fameux albums « à un franc » et la censure

Par Rodolphe Trouilleux

Dans l’œuvre de Cham, la production des « albums à un franc » occupe une place particulière, par le nombre des albums édités (123 environ), par la régularité de leur publication et par la longévité de cette forme très particulière d’ouvrage. On n’imagine plus maintenant combien ces petits albums, peu coûteux, firent partie pendant de longues années du paysage éditorial français. De Proudhoniana publié en 1848 au Salon pour rire 1876, les lecteurs assidus de Cham purent suivre, pendant vingt-huit années, la production de leur caricaturiste préféré.

chamautog.jpg

Sur la couverture de l’album, « Le Carnaval à Paris », cette rare dédicace de Cham « à Monsieur Durand hommage de l’auteur »

Dès le début de leur publication, ces modestes albums comportaient 16 pages : une pour la page de titre intérieure, comportant généralement un bois, et quinze autres présentant quatre bois chacune. Une soixantaine d’images étaient donc publiées dans petits volumes, peu coûteux et facilement maniables .
Il s’agissait tout simplement de la réimpression en albums de bois parus le dimanche dans la Revue comique de la semaine du Charivari. Ces ouvrages furent tout d’abord disponibles au bureau du journal, 16 rue du Croissant, ensuite chez Michel Lévy frères, libraires éditeurs, 2bis rue Vivienne et 15 boulevard des Italiens, puis à la librairie nouvelle ; Arnauld de Vresse, éditeur, 55 rue de Rivoli et enfin maison Martinet, 172 rue de Rivoli et 41 rue Vivienne. Nous noterons aussi que le Charivari publia les derniers titres consacrés aux Salons artistiques.
La régularité de publication, promise par la maison Martinet vers 1860 en quatrième de couverture : « un album nouveau paraîtra régulièrement du 1er au 5 de chaque mois » ne fut probablement jamais appliquée. Il suffit de faire le graphique des vingt huit années d’édition pour voir que l’année 1868, avec la parution de 13 albums, représente le plus grand pic, suivi de 1862 (11 albums), 1867 (10 albums), 1860 (9 albums).
A partir de 1872, jusqu’à la fin, un seul album, consacré au Salon, fut publié chaque année. Il permettait aux visiteurs de parcourir cette importante manifestation avec ce petit livre en main, et de comparer les caricatures des œuvres avec celle-ci.

chamannoncemacedoine1854.jpg

Une liste

La liste suivante, avec toutes ses inexactitudes, permettra à nos lecteurs d’avoir enfin sous les yeux l’inventaire de ces petits volumes. Sous réserve de modifications. Nous sommes prêts à y intégrer toutes les observations que l’on pourra nous faire.

1867 sur la sellette 1867)
Album à Aiguilles (1866)
Allons-y gaiement (1867)
Au Bal de l’Opéra (1862)
Baigneurs et buveurs d’eau (1861)
Bouffonneries de l’Exposition [de 1867] (1868)
Cascades dramatiques (1868)
Cascadeurs et cascadeuses (1868)
Ces bons chinois (1858)
Ces bons parisiens (1855)
Ces diables de Parisiens (1868)
Ces jolis messieurs et ces charmantes petites dames (1860)
Ces petites dames et ces jolis messieurs (1867)
Cham au Salon de 1861 (1861)
Cham au Salon de 1863 1ère promenade ( 1863)
Cham au Salon de 1863 2e promenade (1863)
Cham au Salon de 1870 (1870)
Cham au Salon de 1867 (1867)
Charges parisiennes [ou Les charges parisiennes ?] (1845 ou 1858 ?)
Chassepotiana (1869)
Chasses et Courses (1859)
Chinoiseries, turqueries, maroquinades ( ? )
Choses et autres croquis (1862)
Chronique du jour (1866)
Cocasseries du jour (1867)
Coups de crayon (1849)
Cours d’astronomie [format oblong] (1870)
Cours d’hygiène ( ? ) (1862)
Cours de géométrie (1858)
Courrier de Paris (1866)
Cours de physique (1861)
Croquades (1850)
Croquades politiques, suite (1849)
Croquis contemporains (1860)
Croquis d’automne (env. 1853)
Croquis de printemps (1853)
Croquis en l’air (1850)
Croquis militaires (1860)
Croquis parisiens (1852)
Croquis variés ( ? )
Drôleries contemporaines (1869)
Emotions de chasse (1857)
En Carnaval (1852)
En Pologne (1857)
En vacances (1853)
-Encore un Album (1860)
Fariboles (1856)
Fantasia (1851)
Les folies parisiennes (1856)
L’âge d’argent (1857)
L’ Arithmétique illustrée (1863)
L’Exposition charivarisée (1867)
L’Exposition de Londres (1862)
L’Exposition de Londres, charivarisée [ou croquée ?]
par Cham, 2e promenade (1862)
La Banque Proudhon et les autres banques socialistes (1849)
La Bourse illustrée ( ? ) (1832)
La Civilité puérile et honnête ( ? )
La Comédie de l’Exposition. Prologue (1867)
La Comédie de l’Exposition. 1er acte (1867)
La Grammaire illustrée (1860)
Lantern’ Magique!!! (1868)
Le (Au ?) bal de l’Opéra (1862)
Au bal masqué (1855)
Le calendrier ( ? )
Le Carnaval à Paris (1865)
Le code civil commenté par Cham, 1ère partie (1862)
Le code civil commenté par Cham, 2e partie (1862)
Le code civil commenté par Cham, 3e partie (1862)
Le Corps législatif (pour rire ?) (1870)
Le manuel des chasseurs (1861)
Le Salon de 1857 (1857)
Le Salon de 1865 (1865)
Le Salon de 1866 photographié par Cham (1866)
Le Salon de 1868 (1868)
Le Salon de 1869 (1869)
Le Salon pour rire 1872 (1872)
Le Salon pour rire 1873 (1873)
Le Salon pour rire 1874 (1874)
Le Salon pour rire 1875 (1873)
Le Salon pour rire 1876 (1876)
Le Salon pour rire 1877 (1877)
Leçons de Civilité, 2eme édition (ou Nouvelles leçons de civilité ?) (1862)
Les chasseurs (1869)
Les Chinoiseries (1860)
Les collégiens en vacances (1861)
Les Comiques sans le savoir (1868)
Les Courses (1868)
Les Échappés de Charenton (1868)
Les Folies du jour (1863)
Les Français en Chine (1860)
Les Grimaces du jour (1869)
Les jolis Chasseurs (1863)
Les Jours gras (1863)
Les kaiserlicks (1855)
Les voyages d’agrément (1849)
Les représentans en vacances (1849)
Macédoine (1854)
Mascarades Parisiennes (1869)
Mélanges comiques (1849)
Mes Marionnettes (1868)
Miroir de la Cuisine et du Pique-Assiette (env. 1866)
Miroir du collégien et du·Calicot (env. 1866)
Musée Campana (1862)
Nos Grotesques (1856)
Nos Jeux et nos Ris (1868)
Nouveaux croquis de chasse (1854)
Nouveaux Habits, nouveaux Galons (1862)
Nouvelles Charges (1851)
Nouvelles Charges parisiennes (1865)
Nouvelles croquades (1853)
Nouvelles leçons de civilité puérile et honnête (1863)
Nouvelles Fariboles (1858)
Nouvelles pochades (1857)
Olla potrida (env. 1860)
Pantins du jour (1868)
Paris au Printemps ( ? )
Paris aux Courses (1858)
Paris l’été (1852)
Paris l’hiver (1853)
Paris pour rire (1869)
Paris s’amuse (1860)
Parisiens et parisiennes ( ? )
Pendant la canicule ( ? )
Promenades à l’exposition (1855 )
Promenades au Jardin d’Acclimatation (env. 1858)
Proudhon en voyage (1849)
Proudhoniana (1848)
Qui veut rire? (1867)
Revue comique de l’Exposition ( ? )
Revue comique de l’exposition de l’industrie (date ?)
Revue comique de l’Exposition de 1851 (1851)
Revue comique de l’Exposition de 1867 ( ? )
Revue comique de l’Exposition de 1878 ( ? )
Revue de l’année 1866 ( ? )
Revue du Salon ( ? )
Revue du Salon de 1853 (1853)
Revue Fantaisiste (1866)
La saison des eaux (1854)
Salmigondis (1852)
Salon de 1857 (1857)
Salon de 1868 (1868)
Le Salon de 1869 charivarisé (1869)
Scènes d’automne (1867)
Soulouque et sa cour (1850)
Souvenirs comiques de 1858 (ou souvenirs comiques de l’an 1858) (1858)
Spahis et Turcos (1863)
Un peu de tout (1856)
Variétés (1848)
Variétés drolatiques (date ?)

 

Quelques variantes

J’ai pu examiner chez un collectionneur quelques albums que ce dernier possédait en double exemplaires. Quelle ne fut pas ma surprise de noter plusieurs variantes dans chacun de ceux-ci.

 

Naturellement, il est difficile de savoir, pour le même titre, quel album a précédé l’autre. Toutefois quelques indices permettent d’en avoir une idée. La censure fut probablement toujours à l’origine de cette substitution de bois, mais rien n’est vraiment sûr. Notons cependant que les raisons évoquées par les censeurs pour retirer telle ou telle image peuvent nous paraître aujourd’hui bien obscures. La politique y tenait une grande place, mais aussi la religion, l’armée, la morale…

 

Le premier de ces albums est Proudhoniana ou les socialistes modernes, paru en 1848. Cham dresse dans cet ouvrage, un portrait des socialistes assez cruel mais bien drôle. La variante est ici assez subtile puisqu’elle ne concerne que la page de titre intérieure. Placé sous le sous-titre : « dédié aux propriétaires » un petit bois, probablement tronqué, montre un homme portant une bourse, donc un avare, et l’autre édition présente au même emplacement un homme fouillant dans ses poches, donc fauché, suivi d’une bonne d’enfant, allusion probable aux propriétaires affameurs…

carte487.jpg

carte488.jpg

Vient ensuite Coups de crayon paru en 1849. Dans ce dernier album, nous trouvons en page 5, en bas à gauche, une image figurant Victor Considérant, dont la fameuse queue ornée d’un oeil, est entourée autour d’un rocher de Californie. Plus neutre, un autre bois nous montre un pionnier californien faisant une mauvaise rencontre.

 

carte473.jpg

première version

carte4701.jpg

seconde version

carte472.jpg

Victor Considérant…

carte471.jpg

Remplacé par ce face-à-face

Il semble bien, assez curieusement, que la deuxième version ait été celle de Considérant, car en page 10 du même exemplaire, en bas, à droite, un bois a été gratté – donc forcément postérieurement – pour faire disparaître l’urne dans laquelle un ours des Pyrénées glissait un bulletin de vote. Notons au passage que la légende, faisant une allusion très claire au vote, n’a pas été changée. Le lecteur ne pouvait donc être dupe quand il voyait le geste de l’ours subsistant sur l’image! Un exemple, parmi des milliers, de la crétinerie de messieurs les censeurs et de l’audace des éditeurs de l’époque!

carte491.jpg

carte492.jpg

Dans La grammaire illustrée, album sorti des presses du Charivari en 1860, j’ai découvert des variantes assez nombreuses. Cet ouvrage très amusant, au ton moins politique que les précédents, a été modifié en page 4, où figure en bas à droite »la virgule ». On reconnait dans une image le portrait d’ Emile de Girardin, et dans l’autre le buste d’un militaire beaucoup plus neutre.

carte475.jpg

Emile de Girardin vu par Cham

000116.jpg

Et de manière plus réaliste par Ramshtal. On appréciera la précision du trait de Cham!

carte476.jpg

L’autre bois de « La Virgule » qui fut remplacé par Girardin…

Page dix, trois personnages figurant la première, la seconde et la troisième personne, de Napoléon III à Dupin. Le bois de l’autre édition « Une terminaison », montre le suicide d’une femme dans la Seine.

 

carte480.jpg

Une version…

carte479.jpg

Remplacée par l’autre…

Des raisons plus techniques ont peut-être aussi provoqué des changements dans le choix des bois, mais rien ne peut nous en assurer. Page 11 de cette même Grammaire illustrée, des soldats ont-ils cédé la place à un écolier fuyant l’école? Ou l’inverse?

carte493.jpg

A gauche, un soldat rappelant fortement la silhouette de Cham!

carte494.jpg

En page 12, le Régime a connu aussi deux versions… Les images ont pourtant bien anodine!

carte482.jpg

Première version du Régime

carte481.jpg

Deuxième version…

Les modifications opérées en page 13 peuvent peut-être nous fournir quelques éclaircissements. En effet, sur trois bois consacrés aux « temps », deux ont été changés pour des raisons ignorées. Toutefois, la comparaison entre les bois d’une version, au trait assez « Toppferien » caractéristique de la jeunesse de Cham, et ceux qui les auraient théoriquement remplacés, au dessin plus vif, permettent de noter un écart assez important entre les années de production des premiers et des seconds.

Cet album a probablement été un succès et a duré dans le temps, ce qui doit expliquer aussi les couvertures différentes, elles-aussi, des deux exemplaires consultés.

carte501.jpgcarte502.jpg

Deux couvertures pour le même album

carte495.jpg

carte498.jpg

Deux versions d’une même page

carte497.jpgcarte500.jpg

Premier temps : les deux versions

carte496.jpgcarte499.jpg

Deuxième temps : idem

Dernière modification à signaler dans cette album, la disparition du portrait de Dupin, Président de la Chambre, déjà mentionné, et son remplacement par une image beaucoup plus neutre représentant une salle de classe. La légende : « rappel à l’ordre en cas de mauvaise locution » tombe ainsi complètement à plat quand elle souligne la seconde image. Pourquoi ne pas avoir pris la peine de changer aussi le texte?

carte503.jpg

Première version

carte504.jpg

Deuxième version

Un examen des documents laissés par les services de la censure et conservé aux Archives Nationales, me permettra peut être, dans un avenir proche, d’apporter d’utiles précisions à ce petit article, fruit d’une simple comparaison entre deux versions différentes des mêmes ouvrages. Je ne manquerai pas d’en tenir informé nos lecteurs.

 

 

 

 

 

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Affaire de grippe… en 1852

Découvert dans l’ »abum à un franc », Croquis parisiens, paru en 1852, au Charivari, ces quelques images faisant songer à notre actualité de 2009!

 

chamgrippe456.jpg

 

grippe1.jpg

 

grippe3.jpg

 

grippe4.jpg

 

grippe2.jpg

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Cham au Louvre!

Le cabinet des Arts graphiques du Musée du Louvre vient de mettre en ligne 425 croquis de Cham conservé en un album du fonds des dessins et miniatures (Réserve des grands albums).

chamlouvre.jpg

Un bon moyen de feuilleter à distance ces croquis, qui sont en réalité des dessins préparatoires. Quand certaines de ces esquisses étaient retenues par la rédaction d’un journal, Cham les mettaient au propre sur des bois puis les transmettaient au graveur. Gilbert fut son graveur attitré assez longtemps. Plus tard, avec l’évolution des techniques, il dessina directement des dessins léchés qui étaient ensuite « clichés » directement.

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Une lettre au « Grand artiste »

Un petit cadeau du fameux blog « Le bibliomane » , cette lettre de Cham à un destinataire inconnu, non datée, marquée de l’esprit bien caractéristique de notre ami Cham.

crec.jpg

« Grand artiste

J’engraisse rien que de joie en pensant que ce soir je vous possederai. Société d’élite, propos spirituels, femmes chermantes, hommes bien couverts. Une belle bûche dans la cheminée voilà de qe nous avons à vous offrir. Votre fanatique Cham« 

 

Le cachet sec de « Bath » nous rappelle les fréquents séjours que fit Amédée de Noé en Angleterre. Bath, ville d’eau fut elle visitée par l’artiste? Plusieurs lettres retrouvées portent cette marque. Les hommes « bien couverts » et la bûche « offerte » par le caricaturiste sont peut-être des allusions à la pingrerie de son épouse, Jeanne Leroy. Encore un joli document, au ton spirituel et léger, bien caractéristique du style de Cham.

 

Merci à Bertrand, collaborateur de ce beau site de bibliophilie, « le bilbomane », que nous encourageons tous les amateurs et curieux à visiter. (lien dans la colonne de droite).

 

Rappelons ici que nous sommes toujours à la recherche de lettres de Cham, originales, copiées, imprimées ou même de simples « mentions » dans les catalogues d’autographes. Nous envisageons de donner une édition imprimée de sa correspondance, très intéressante pour les amateurs.

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |Pas de commentaires »

Mr Lajaunisse… en Italie

Nul n’est prophète en son pays. Grâce à internet, nous avons pu découvrir voici quelques mois, et avec grande surprise, que l‘ Histoire de Mr Lajaunisse, malheurs d’un beau garçon avait été réédité en… Italie, en 2004. Une amusante couverture illustre cette modeste publication de format magazine de 32 pages, sobre et soignée, éditée par l’éditeur napolitain Comicon.

lajaunisse339.jpg

 

Une excellente occasion de se procurer la reproduction de cet album introuvable et qui passe pour être le premier produit par le jeune Amédée de Noé. Il est reproduit en cahier central (deux planches par page) avec traduction du texte en italien et en anglais.

lajaunisse336.jpg

Plusieurs articles encadrent l’album : Le numerose origini del fumetto francese par Alfredo Castelli; Il « pirata » che invento gli Album, par Leonardo De Sa, Il Conte de Noé e Monsieur Cham par le journaliste belge Michel Kempeneers. Tous ces articles agréablement illustrés.

lajaunisse337.jpg

Cham, fortement inspiré par le maître Töppfer, mais très talentueux, convenons-en!

 

Pour terminer, une courte bande dessinée, Martin Mystère, permet de replacer Mr Lajaunisse dans notre époque. Très amusant! Nous espérons trouver bientôt parmi nos amis, une personne qui pourra nous traduire cette publication afin de pouvoir la commenter.

lajaunisse338.jpg

Saluons cette excellente initiative qui place définitivement Cham parmi les précurseurs – voire les inventeurs – de la bande dessinée. Cela n’a pas toujours été le cas, particulièrement dans son pays d’origine où notre ami a bien souvent été relégué parmi les imitateurs de Daumier, sans essayer de comprendre son style ou d’étudier sa carrière dans son ensemble. La critique est facile mais le travail est difficile… Heureusement, il semblerait que, petit à petit, de jeunes chercheurs commencent à défricher le terrain du dessin humoristique, qui ressemble à une grande forêt…

Ils seront toujours les bienvenus dans nos colonnes!

 

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |1 Commentaire »

Jeanne Leroy ou madame Manuel : une épouse fidèle

Par Rodolphe Trouilleux

Mélange de mauvais goût, de mépris et de crapulerie littéraire, la lettre-préface qu’Alexandre Dumas fils donna à Félix Ribeyre pour sa biographie de Cham est étonnante.
On ne peut comprendre ce qui a pu pousser le célèbre écrivain à écrire ce billet désagréable, qui, en quelque sorte, souillait la mémoire de Cham, un de ses meilleurs amis, paraît-il !

jeanneleroy.jpg

Jeanne Leroy, comtesse de Noé, saisie en pleine lecture par le photographe Marck, 106 rue Neuve des Mathurins. Date inconnue, vers 1860 (coll. part.).

Et pourquoi s’étendre si longtemps sur la biographie de Jeanne Leroy, épouse du caricaturiste, alors que Dumas fils aurait pu – ou dû – nous donner des détails intéressants, des anecdotes sur la vie et l’œuvre de l’artiste disparu depuis peu ? Après avoir lu cette lettre, on se demande si l’on a bien compris les sous entendus de son contenu. Tout cela paraît énorme et surtout inutile à révéler.

Mais parcourons donc ensemble la prose de Dumas fils, qualifiée de « remarquable » par Ribeyre ! :

« Quelle était donc cette fille majeure de Claude Leroy et de Josèphe Mutin, dont vous nous ne dites pas autre chose, et que nous avons tous connue, vivant maritalement avec Cham, sous le nom de madame Manuel ? Qui était-elle ? D’ou venait-elle ? Très-certainement, et c’est même pour cela que vous n’insistez pas, vous le savez et croyez ne pas devoir le dire.
Cependant, du moment que vous consacriez à Cham une étude aussi détaillée, aussi affectueuse, aussi juste, vous auriez dû, il me semble, éclairer ce point, le plus intéressant peut-être de sa vie privée, donner des raisons de ce fait si incompatible, à première vue, avec les origines, l’éducation, le caractère, les délicatesses, du fils de l’ancien pair de France. Si jamais natures de femme et d’homme ont été contradictoires en apparence, c’est bien celle de mademoiselle Jeanne Leroy et du comte Amédée de Noé.
Comment ces deux êtres si différents l’un de l’autre avaient-ils pu non-seulement s’accointer, mais se plaire et se comprendre, mais vivre continuellement ensemble, mais s’unir enfin par le mariage ?
»

Félix Ribeyre est pointé du doigt par Dumas : « ce que vous n’avez pas osé écrire, moi, le grand homme, je vais le faire à votre place ! ».

« Que Jeanne Leroy ait voulu devenir la femme de Cham, c’est-à-dire comtesse de Noé, cela se comprend de reste, et moins la chose paraissait possible, moins elle a besoin d’être expliquée ; mais que Cham ai donné son nom, le nom de son père, de sa mère, de ses frères, de ses sœurs, dont l’une était dame de l’ordre royal Thérèse de Bavière ; qu’il ait donné ce nom à Jeanne Leroy, voilà ce qui demande une explication que vous ne donnez pas.
C’était l’occasion, soit de fournir un document humain, comme disent ceux qui prétendent trouver des formules nouvelles, soit de désapprouver quelque chose dans la vie de votre héros, au milieu de tant de louanges méritées, soit de présenter Jeanne Leroy, madame Manuel, la comtesse de Noé, sous un aspect qu’on ne lui avait pas connu.
»

Nous ne savons pas pourquoi l’entourage de Cham baptisa Jeanne du curieux patronyme de « madame Manuel ». Peut être était-ce pour effacer sa véritable identité, trouble et scandaleuse. Cham vivait sous le même toit d’une femme qu’il n’avait pas épousée officiellement et qu’il ne faisait absolument pas passer pour sa « gouvernante » comme le voulait l’usage. Il n’épousa pas Jeanne du vivant de son père, pas probable respect des convenances et de l’homme, ce père amateur d’art, grand collectionneur et admirateur de l’œuvre de son fils. Papa était d’une famille de bonne noblesse et Pair de France, ne l’oublions pas. Cham épousa Jeanne Leroy, fille majeure de Claude Leroy et de Joséphine Mutin, le 24 juillet 1866, à Puteaux. Les témoins étaient Pierre Véron, Charles Desmaze et Charles Lecocq. Les convives de cette noce qui fut probablement assez discrète se transportèrent ensuite au Wepler, restaurant des Batignolles qui existe toujours, Place de Clichy, dans le 18e arrondissement. Cham vivant maritalement avec Jeanne depuis de nombreuses années semble t’il, avait probablement évité d’ébruiter trop cette « régularisation » tardive. On peut le comprendre, mais cela n’était pas du goût de certains membres de la bonne société. Qu’on en juge en lisant la suite. Dumas continue en rapportant une conversation qu’il aurait eue avec la « jeune » mariée :

dumas.jpg

Alexandre Dumas fils, par le photographe Mulnier (coll. part.)

« A propos, me disait-elle tout à coup dans la conversation, en 1867, après que j’étais resté assez longtemps sans venir chez Cham, à propos, depuis que nous ne vous avons vu, nous nous sommes mariés, Cham et moi. – Recevez tous mes compliments, madame, lui dis-je, et je vous les aurais adressés plus tôt si j’avais reçu une lettre de faire part. – On a reçu que des lettres anonymes, dit Cham, avec son rire nasillard, entre cuir et chair, pour ainsi dire, étoilé de ce regard fin qui soulignait si bien ce qu’il disait. ». Ce mot ne vous semble-t’il pas le pendant du geste après le mariage ? Cham savait donc bien qu’en épousant Jeanne Leroy il avait fait quelque chose d’énorme, qu’il n’eut certainement pas fait du vivant de son père et de sa mère, et dont il n’avait pas plus informé ses parents survivants qu’il ne m’en avait informé moi-même. Il ne se cachait pas de ce qu’il avait fait ; il ne le disait pas, voilà tout. On l’apprenait. Cela peinait tout le monde, cela n’étonnait personne. »

Le père de Cham, Louis-Pantaléon de Noé était mort le 6 février 1858. Cham avait donc attendu plus que le temps nécessaire pour se marier sans grand scandale pour la famille.

« Quand un homme de l’élégance intellectuelle et de la condition sociale d’Amédée de Noé a pu vivre pendant huit jours sous le même toit que Madame Manuel, il en a évidemment pour toute sa vie.
Si intime que l’on fut avec Cham, quelque habitude que l’on eût de cet intérieur étrange, on ne revoyait jamais sans quelque embarras cette grosse femme, d’apparence commune, ignorante, mal élevée, honteusement avare et sans aucun esprit, à côté de ce galant homme, de ce gentleman, à l’esprit si délicat, à l’âme si tendre, à la main si généreuse.
»

« Madame Manuel », un drôle de surnom qui fait penser à celui qu’on pouvait donner à une gouvernante ou tout autre domestique.

« Vous avez indiqué çà et là, à propos des dîners qui réunirent toute les semaines, pendant vingt ans, les amis de Cham autour de la table de la rue du Bac, de la rue Vintimille et de la rue Nollet, vous avez indiqué très discrètement et très-finement à quel jeûne, quelquefois suivi d’un rhume, la ladrerie de madame Manuel exposait les convives assis à une maigre table dans une chambre sans feu. La première fois que j’allai chez Cham, rue du Bac, à une soirée dansante qu’il donnait, il y a trente ans, au moment où, tout en causant avec lui, j’allongeais le bras pour prendre un verre de punch sur le plateau que me présentait la bonne, il m’arrêta et me dit : Ne prenez jamais chez moi de la première tournée de punch ? C’est toujours le reste de la dernière fois. » Puis, comme j’avais valsé avec une grosse femme qui était venue m’inviter et que je ne connaissais pas, il me dit en ma la montrant de l’œil pendant qu’elle s’éloignait de nous : « Vous venez de valser avec cette grosse dame ? – Oui. – Elle valse mal, n’est-ce pas ? – Assez mal. – Et elle souffle en valsant ? – Assez. – Et sa poitrine fait brrrrou, brrrrou. – Exactement. – C’est ma maîtresse. » Et il faut avoir connu Cham, comme vous et moi, pour se mettre dans l’oreille le ton particulier dont il disait ces choses-là. Et ce mot, vingt-cinq ans avant le geste à la mairie de Puteaux ! Il ne s’est donc pas démenti une minute dans les jugements qu’il portait sur sa compagne au moral et au physique.
C’est cependant cette femme dont il s’était moqué devant tous ses amis, et qui, pour ses amis, semblait le mériter à tous égards, c’est cependant cette femme qu’il a épousée, et vous ne dites pas pourquoi. Eh bien, il faut le dire.
»

Ensuite, Dumas, cet « ami » de Cham, n’hésite pas à changer de registre pour dresser un tableau un peu plus flatteur de son épouse. Mais certains mots employés ne font que renforcer le sentiment de dégoût méprisant que le grand homme de lettres ressent pour cette « grosse femme » qu’il ose comparer à un animal de compagnie. Cham aimait beaucoup les chiens mais je ne crois pas qu’il aurait été satisfait par cette allusion.

« Cham a épousé cette grosse femme, venant on ne sait d’où, commune, ignorante, ladre, tout bonnement parce qu’elle l’aimait d’une affection sans égal et comme il fallait l’aimer du moment que l’on vivait toujours auprès de lui, comme un enfant.
Autant elle était vulgaire, autant elle détonnait au milieu de tous les gens d’esprit qui se trouvaient avec elle, parce que c’ était le seul moyen de se trouver avec lui, autant elle était intelligente, prévenante, adroite dans l’intimité, dans le tête-à-tête, pour tout ce qui pouvait contribuer au repos, à la santé, au travail, au bonheur de cet homme qui était tout pour elle. Elle le soignait, elle le dorlotait, elle ne le sortait de la flanelle que pour le mettre dans la ouate ; elle lui facilitait la vie matérielle par tous les moyens possibles ; elle ne lui laissait pas une préoccupation, pas un souci, pas un détail qui pût le distraire une seconde de ce qu’il aimait à faire.
Jamais gros chien crotté n’a léché plus amoureusement les pieds de son maître, ne l’a regardé avec des yeux plus reconnaissants, ne s’est couché à ses pieds ou en travers de sa porte, plus protecteur, plus humble et plus fidèle.
Cette créature, qui avait été mise au monde pour être la femelle et la compagne d’un ouvrier, qui avait connu la misère poignante, et qui n’avait vu dans les premières corruptions de sa vie que le moyen d’en sortir, elle ne voulait pas que celui qui l’avait retirée de ces corruptions connût jamais cette misère qui avait pesé si diversement sur elle, et qui, si elle fait faire de vilaines choses aux femmes, en fait faire quelquefois de plus vilaines encore aux hommes.
»

« Vulgaire », « gros chien crotté », « créature », « femelle et compagne d’un ouvrier », quel feu d’artifice de termes bien choisis pour exprimer tout le mépris que Dumas semblait éprouver à l’encontre de cette femme.

« Elle économisait et plaçait sou par sou, mais pour lui, tout l’argent qu’il gagnait, et que, sans elle, il eût gaspillé à tort et à travers. Les plats que l’on mangeait chez lui étaient un peu courts, le vin était un peu vert, la salle à manger était un peu froide, mais au moins elle était sûre que Cham ne manquerait jamais de rien, et ses amis venaient tout de même, parce qu’il était de ceux que leurs amis aiment.
Elle aurait volé, elle aurait tué, elle aurait vendu sa chemise ou son pays pour éviter un chagrin, un besoin à celui qu’elle considérait comme un Christ, parce que, grâce à lui, on ne la considérait plus comme une fille.
Cham savait cela, et, dans le fond de son cœur, il aimait et il estimait cet être qu’il avait recueilli par hasard, un soir sans doute, et qui n’avait plus voulu quitter son foyer.

Pendant vingt-cinq ans, tous les jours, toutes les minutes, il avait vu cette femme s’ingénier à le rendre heureux, et après vingt-cinq ans de preuves, le gentilhomme avait jugé que cette fille du peuple avait mérité de porter régulièrement son nom, il lui avait accordé cette grande récompense, ce grand honneur, cette grande joie. Quelques-uns ont pu croire qu’il y avait dans cet acte l’affaissement d’un homme du monde entamé peu à peu par les mœurs de la bohême. Non. Pour ceux qui le connaissaient bien, Cham, en se mariant, n’avait pas fait un acte de faiblesse, mais de conscience ; l’homme n’était pas descendu d’où il était ; seulement la femme y avait monté. Et l’attache entre ces deux êtres, créés l’un pour l’autre, si loin l’un de l’autre, l’attache était si profonde, si fatale, si légitime, que lorsque l’homme a été mort, rien des choses de ce monde n’a plus eu de valeur pour la femme. Où était le calcul dont on pouvait l’accuser ? Où était la gloriole de s’appeler comtesse ? Où était la consolation par la fortune péniblement amassée ?
Tout cela, titre, renommée, fortune, elle le considérait comme à lui et pour lui, non à elle et pour elle. Alors sa pensée s’est mise à chercher de par le monde celui qui n’était plus, en tournant autour de sa tombe, en élargissant toujours le cercle, jusqu’à ce qu’elle fût prise par le vertige du vide dans lequel elle s’était élancée, au milieu de la nuit, par la première fenêtre ouverte.
On a entendu le bruit sourd d’un corps qui s’écrasait sur le pavé. C’était cette veuve qui se précipitait la tête en avant dans cette terre qui lui avait pris son ami, son époux, son enfant, son dieu.
Pour reprendre sa place à côté de lui, elle brisait de son front la pierre qui le séparait d’elle.
Quand on ouvrit son testament, on vit quel usage elle avait fait des dernières lueurs de sa raison. Tout ce que lui avait légué son compagnon bien-aimé, tout ce qu’elle avait économisé jadis sur les dîners joyeux, tout ce qui lui appartenait maintenant, elle le donnait à la famille dans laquelle elle était entrée sans que celle-ci s’ouvrît pour elle. La famille avait eu raison.
Sous cette enveloppe roturière, derrière ce passé ténébreux, elle ne pouvait imaginer ni découvrir le trésor de tendresse et de dévouement qui faisait à l’un des siens, au plus illustre, une existence si tranquille, et qui devait lui faire la mort aussi éloignée et aussi douce que possible.
L’œil perçant de l’observateur et l’âme haute et reconnaissante de l’homme de bien ne s’y étaient pas trompés. Il avait donc affronté tous les étonnements, tous les blâmes, pour s’unir définitivement à celle qu’il sentait capable d’affronter un jour la plus horrible mort pour se réunir éternellement à lui. »

On se rattrape comme on peut ! l’ensemble de cet « éloge » funèbre laisse le lecteur sur une drôle d’impression. Et pourquoi donc publier cette pseudo lettre en préface de l’ouvrage de Félix Ribeyre ! Une belle signature en tête de l’ouvrage, cela ne pouvait faire de mal à personne !

La mystérieuse Jeanne

Qui était Jeanne Leroy ? Les quelques documents retrouvés n’apportent que des bribes de réponses.
Le contrat de mariage de Cham fut signé à Paris, chez le notaire Lefebvre le 14 juillet 1866 . Les futurs époux sont présentés sous leur patronymes légaux :
« M. Amédée Charles Henry vicomte de Noé, propriétaire demeurant à Paris, rue Vintimille, n°24 » (et) « mademoiselle Jeanne Leroy, propriétaire demeurant à Paris, rue Vintimille, n°24, majeure, fille de M. Claude Leroy et madame Josephe Mutin ; son épouse, tous deux décédés. »

billet224.jpg

Signatures de Cham et de Jeanne Leroy au bas de leur contrat de mariage

L’adresse de Cham et celle de sa future épouse sont les mêmes, constat d’une résidence commune alors que, curieusement, dix jours plus tard, lors de la cérémonie à Puteaux, les actes officiels indiquent comme domicile de Jeanne, « rue des écoles » dans cette même ville. Le contrat de mariage, simple constatation de l’adoption d’une communauté de biens, n’apporte aucun autre éclairage. Pas de témoins non plus. Seuls les deux notaires ont apposé leurs signatures au-dessous de celles des deux contractants.

Mais si l’on prête un peu d’attention au répertoire de l’étude Lefebvre, il faut attendre le 9 septembre 1879 , trois jours après le décès de Cham, pour trouver un nouvel acte : le dépôt de ses testaments et codicilles. Ces documents sont toujours conservés aux Archives nationales. Sur l’enveloppe du premier nous pouvons lire de la belle écriture ferme du caricaturiste : « Ceci et mon testament / Amédée de Noé ». Au dos, il a apposé trois cachets de cire à ses armoiries.

 

Le 12 avril 1860, soit six années avant son mariage, Cham léguait presque tout à la femme qui partageait sa vie :

« Aujourd’hui 12 avril mille huit cent soixante et un je déclare ceci mon testament et annule tous ceux que j’ai faits jusqu’à ce jour.
Je laisse tout ce que je possède, meubles, argent et actions à mademoiselle Jeanne Leroy, à l’exception de la pension d’Angleterre et des revenus de St Domingue que je laisse à ma sœur la comtesse Marianne de Noé.
Je laisse également à Mademoiselle Jeanne Leroy tous les tableaux et dessins que je possède.
Dans le cas de la mort de ma sœur la comtesse Marianne de Noé, les revenus de St Domingue et D’Angleterre retournent à mademoiselle Jeanne Leroy.

 

Le Baron Amédée de Noé

 

Les revenus de St Domingue et d’Angleterre ne seront à mademoiselle Jeanne Leroy que sa vie durant après quoi ils retourneront à ma famille.

Le Baron Amédée de Noé

Ainsi Cham faisait de Jeanne l’héritière de tous ses biens matériels mais agissait avec précaution pour ses revenus de Saint-Domingue, terre d’origine de son père, et ceux d’Angleterre, qui venaient probablement de sa mère.

 

Le 6 février 1879, il fit un autre testament :

« Ceci est mon testament
Je nomme ma femme la Comtesse Amédée de Noé née Jeanne Leroy, ma légataire universelle et lui laisse tout ce que je possèderai le jour de ma mort comme argent meubles et immeubles.

 

Paris le 6 février mille huit cent soixante dix neuf
Le Comte Amédée de Noé
»

Déprimée par le décès de son époux, Jeanne Leroy refusa de s’alimenter. Désespérée, elle se jeta par une fenêtre du logement de la rue Nollet puis, ramassée par un passant, elle fut examinée par le docteur Niderkorn, le médecin de famille. Ce dernier appela à son aide le fameux Legrand de Saulle, puis la comtesse de Noé, fortement commotionnée, fut transportée à la clinique Esquirol d’Ivry. Soignée par le docteur Luys, elle mourut le premier juin 1880 . Deux jours plus tard elle fut inhumée au cimetière Montparnasse, près de son mari.

testamentcomtesseno253.jpg

Extrait d’un testament de Jeanne Leroy comtesse de Noé

Après le décès de Jeanne, plusieurs testaments autographes furent trouvés rue Nollet et déposés ensuite au notaire. Ils datent respectivement des 22 septembre, 6 et 28 octobre 1879. D’une écriture un peu hésitante, la défunte y distribue ses biens. Helena de Noé, nièce de Cham, y était déclarée légataire universelle, venait ensuite Marianne de Noé, soeur du dessinateur qui devait hériter du mobilier et des bijoux. Quelques milliers de francs étaient destinés à des personnes dont les noms n’évoquent plus rien pour nous. Répétée inlassablement dans les trois versions de ce testament, figure une clause bien significative du respect de Jeanne Leroy pour la mémoire de son époux, ami passionné des animaux. Je cite ce texte avec toutes ses fautes, rétablissant seulement la ponctuation : « Je charge la famille de mon mari d’exécuter les lègues suivant pour me conformer à une recommandation de mon mari si son chien Joko survivait. Il sera fait une rente de douze cents francs à la personne qui le gardera afin qu’elle puis s’en occuper exclusivement on ne lui laissera jamais faire d’operation qui le ferait souffrir dans l’intention de prolonger sa vie. A sa mort la personne qui l’aura gardé aura six cent francs de rente sa vie durante si la concierge madame Quinglet vivait je désir que ce soit elle qui en ait la garde et les six cent francs seront pour elle et son mari leur vie durant ». Jeanne, dans ces trois versions, changea quelques legs, attribuant une somme à l’un pour la donner ensuite à l’autre. On comprend combien cette pauvre femme était perturbée. Des parents éloignés choisirent ce prétexte pour attaquer la succession, insinuant que la veuve, qui devait ensuite se jeter dans le vide, n’avait pas l’esprit bien clair au moment de la rédaction des testaments qui favorisaient les Noé. Les membres de la famille d’origine de Jeanne, modestes par leurs statuts, espéraient toucher quelque somme rondelette. Ils prétendaient que ces testaments n’étaient pas « l’œuvre indépendante et saine » de Jeanne Leroy. Héléna de Noé fut citée à comparaître. Elle apporta les précisions suivantes dans le but de prouver le bon état mental de la défunte : « Que (…) plus de six mois après (le décès de Cham) et par acte passé devant maîtres Lamontagne et Lefebvre, notaires, ladite dame avait vendu à un sieurs Payen une propriété lui appartenant sans qu’il fut entré dans l’esprit de l’acquéreur aucun doute sur la validité du contrat. Que cinq jours avant son décès madame la comtesse de Noé succombant sous le poids de sa douleur avait donné quelques signes de troubles qui avaient nécessité par mesure de précaution, son transfert dans la maison du docteur Suy à Ivry. Il n’atait pas sérieux de prétendre que cette disposition toute accidentelle fut de nature à faire annuler un acte librement fait par madame de Noé au mois d’octobre précédent, c’est à dire près de huit mois antérieurement. » Les demandeurs furent condamnés aux dépens. Les testaments purent être appliqués librement et les héritiers envoyés en possession le 7 juillet 1880. Nous relevons parmi la liste des héritiers : « Marc-Antoine Reynald Marie, vicomte de Noé, ancien officier de cavalerie, chevalier de la Légion d’Honneur, demeurant à Paris, rue du Bac n°97 agissant (pour lui et pour) son frère Marie Georges François Comte de Noé demeurant au château de l’Isle de Noé ». Nous trouvons aussi la toute dernière mention des époux Klinger, concierges du n°5 rue Nollet. Ils avaient donc recueilli le petit chien Jocko. C’est tout ce que nous avons pu apprendre sur Jeanne Leroy, cette « madame Manuel » aimante et dévouée qui, jusqu’au bout, respecta les dernières volontés de son époux.

Après le règlement de la succession, le notaire Lefebvre reçut de Jeanne Leroy, en remerciement, un tableau représentant les prisons de Londres. Gustave Doré en était l’auteur. Un très joli cadeau…

La belle dame de la rue Taranne

Un autre témoignage, plus charmant, concerne les amours d’Amédée et de Jeanne. Il figure dans l’ouvrage « mes souvenirs » publié par le musicien Jules Massenet chez Pierre Lafitte, à Paris, en 1912.

jmassenet.jpg
Jules Massenet, né en 1842

Cet ouvrage serait l’œuvre d’un « teinturier », comme on disait alors. Ils furent néanmoins certainement écrits d’après des sources directes. Ce détail, si insignifiant dans la carrière du compositeur, doit être bien réel :

A l’ époque où j’allais m’asseoir sur les bancs du Conservatoire, j’étais d’une complexion plutôt délicate et de taille assez petite. Ce fut même le prétexte au portrait- charge que fit de moi le célèbre caricaturiste Cham. Grand ami de ma famille, Cham venait souvent passer la soirée chez mes parents. C’était autant de conversations que le brillant dessinateur animait de sa verve aussi spirituelle qu’étincelante et qui avaient lieu autour de la table familiale éclairée à la lueur douce d’une lampe à l’huile. (En ce temps- là, le pétrole était à peine connu et, comme éclairage, l’électricité n’était pas encore utilisée.) Le sirop d’orgeat était de la partie; il était de tradition avant que la tasse de thé ne fût devenue à la mode. On m’avait demandé de me mettre au piano. Cham eut donc tout le loisir nécessaire pour croquer ma silhouette, ce qu’il fit en me représentant debout sur cinq ou six partitions, les mains en l’air pouvant à peine atteindre le clavier. Evidemment, c’était l’exagération de la vérité, mais d’une vérité cependant bien prise sur le fait. J’accompagnais parfois Cham chez une aimable et belle amie qu’il connaissait, rue Taranne. J’étais naturellement appelé à « toucher du piano ». J’ai même souvenance qu’un soir que j’étais invité à me faire entendre, je venais de recevoir les troisièmes accessits de piano et de solfège, ce dont deux lourdes médailles de bronze, portant en exergue les mots : «Conservatoire impérial de musique et de déclamation», témoignaient. On m’en écoutait davantage, c;est wai, mais je n;en étais pas moins ému pour cela, au contraire. Au cours de mon existence, j’appris, pas mal d’années plus tard, que Cham avait épousé la belle dame de la rue Taranne, et que cela s’était accompli dans la plus complète intimité. Comme cette union le gênait un peu, Cham n’en avait adressé aucune lettre de faire-part à Ses amis, ce qui lei avait étonnés; sur l’ observation qu’i1s lui en adressèrent, il eut ce joli mot; « Mais si, j’ai envoyé des lettres de faire-part … elles étaient même anonymes! »

Nous aimerions en savoir plus sur les liens amicaux qui existaient entre Cham et la famille Massenet. Contactez-nous si vous pouvez nous donner des précisions.

Quelques mots…

Le 8 septembre 1879, Jeanne Leroy offrait les derniers dessins de Cham à Gustave Nadaud, cet ami intime auteur de nombreuses chansons qui furent parfois illustrées par le caricaturiste. Ces oeuvres furent publiés dans le Monde illustré du 13 septembre accompagnées d’un petit mot de la veuve, exemplaire rare de l’écriture de Jeanne que nous publions ci-dessous.

lettrejleroy.jpg

« A mon cher Nadaud l’un des plus anciens et des meilleurs amis de mon mari j’offre ce dernier ouvrage. Paris 8 septembre 1879. C(om)tesse de Noé » (coll. part.)

derndessinscham291422ec2.jpg

La dernière planche… (coll. part.)

Publié dans:Non classé |on 29 janvier, 2008 |1 Commentaire »
12

anne76vancouverdos |
PORTRAITS |
Aux arts, citoyens ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | HUMANUTOPIA
| Benedicte CHANUT, artiste p...
| Sculptures